À la dérive

225

« Laisse-moi faire » dit André en lui prenant doucement le revolver des mains. « Je ne sais pas me servir de ce truc » avoua Ashok. « T’as pas vu Amitabh Bachchan, dans Sholay ? » dit André. « Il glissait les balles comme ça, et puis il faisait tourner le barillet en appuyant sur le chien avec son pouce, comme ça. Voilà, c’est prêt. Je suppose que ça, c’est un cran d’arrêt ». « T’as vu Sholay ? » dit Ashok, un peu surpris. « Mec, tout le monde a vu Sholay. On était assis, mon frère et moi, sur une caisse de Coca dans l’allée centrale du cinéma Bobby. » Il pointa le revolver vers Ashok et dit d’une voix caverneuse « Ab tera kya hoga, Kaaliya ? » Ashok eut l’impression qu’une lueur menaçante passa dans les yeux d’André pendant qu’il déclamait la phrase. Ashok, modeste représentant commercial, ne veut pas partir en poste à Madagascar. Jusqu’au moment où il apprend que là-bas, paraît-il, vit la belle Ivy, dont il est éperdument amoureux depuis des années. Il partira donc à sa recherche, « pour son malheur » comme il l’admet lui-même. A travers les parcours entrelacés d’Ashok, d’André et d’Ivy, Amal Sewtohul poursuit son exploration des heurs et malheurs de « sa » génération de Mauriciens.Amal Sewtohul est né en 1971 à Quatre-Bornes, île Maurice. Il est titulaire d’un diplôme de lettres de l’Université de Maurice. Après une brève incursion dans le journalisme, il rejoint le ministère des Affaires étrangères.

Effacer